L'importance des ressources naturelles
dans l'économie

Terres rares


Source:   Journal Libération Économie
Publié le:  14 mars 2012
Par:  DOMINIQUE ALBERTINI
Lien:  http://www.liberation.fr/economie/2012/03/14/les-terres-rares-un-element-majeur-de-la-puissance-chinoise_802984
 

«Les terres rares, un élément majeur
  de la puissance chinoise»


. . .
 Les terres rares sont-elles un enjeu géopolitique ?

Bien sûr, les pays étrangers voient l'attitude chinoise comme une menace. Pour sortir de la crise, ils misent sur les hautes technologies, qui ont besoin de terres rares. La Chine a à peu près le même but, elle cherche à réorienter son économie vers plus de valeur ajoutée. Les terres rares sont un élément majeur de sa stratégie de puissance. Elle les a notamment utilisées contre le Japon, avec qui elle est en conflit sur des questions territoriales en mer de Chine. Après une récente phase de tension, elle a bloqué les exportations de plusieurs produits vers l'archipel, notamment les terres rares, dont l'industrie est très dépendante.

Quels autres pays pourraient extraire des terres rares ?

On estime que 47% des réserves mondiales se trouvent en Chine. Le reste, on le trouve un peu partout : la plus grande mine du monde est censée ouvrir cette année en Californie, une autre se trouve en Australie. Il y en a aussi en Asie centrale, en Afrique du Sud. Possiblement au Groënland. Il est même possible d'en trouver en Europe. Le problème est que la mise en route de l'exploitation prend beaucoup de temps. Il faut cinq à dix ans pour faires les études nécessaires, réunir les autorisations...

 

Cuivre

Selon Wikipedia,

  • Le cuivre est le troisième métal le plus utilisé au monde après le fer et l'uranium.  La forte corrélation du cuivre à la conjoncture industrielle fait de l'étude du marché du cuivre un excellent indicateur avancé de l'état de l'économie.
  • En avril 2006, le cours du cuivre était à environ 6 300 euros/tonne, en forte hausse par rapport à 2005, due principalement à la demande asiatique. Sur les 8 premiers mois de l'année 2006, la hausse s'est montée à 69 %.
Production mondiale de cuivre
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Prix du cuivre 2003–2011 en USD par tonne
Prix du cuivre 2003–2011 en USD par tonne

 

Tendance de la production mondiale : 1900-2000

En 2009, les prix du cuivre ont été en moyenne de 5 150 dollars par tonne, ce qui représente une baisse de 26 % par rapport à 2008, où les prix s’élevaient à 6 956 dollars par tonne. Leur augmentation régulière en 2009, suite aux faibles niveaux atteints en décembre 2008, a été principalement liée aux fortes importations chinoises, mais également au marché très tendu de la récupération de métal (un reflet de la crise économique mondiale) et aux fermetures d’usines de production dans les Amériques relatives à des questions de main d’œuvre. Le cuivre avait souffert de moins de réductions de production que les autres métaux suite à la contraction de la demande mondiale. En 2012,  à cause d'un semblant d'embellie dans l'économie (notamment en Chine), le cuivre a atteint un sommet de 8500 $ la tonne. Mais le 13 octobre 2014,  malgré le  fait  que ce  métal soit en  voie de disparition,  la déprime  économique  mondiale  fait qu'il clôture aujourd'hui à 6802$ la tonne.
Prix du cuivre 15 octobre 2014

HALIEUTIQUE -  affirmations des climatologues sur le  100 ans -

 

Désertification

Source: Organisation Mondiale de la Santé
Lien:  http://www.who.int/globalchange/ecosystems/fr/

. . .

Une modification des services écosystémiques aura indirectement une incidence sur les moyens de subsistance, les revenus, les migrations locales. Elle peut même entraîner parfois des conflits politiques. Ses effets sur la sécurité économique et physique, la liberté et les relations sociales ont d’importantes conséquences sur le bien-être et la santé, ainsi que sur la disponibilité des services de santé et des médicaments. Interactions entre le changement climatique et la santé humaine

Interactions entre le changement climatique et la santé humaine
Graphique illustrant les interactions du changement climatique sur la santé

. . .

 

Évaluation des écosystèmes pour le millénaire
Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies a demandé, en 2000, que soit effectuée une évaluation des écosystèmes pour le millénaire (EM) afin de mieux connaître les conséquences de la modification des écosystèmes sur le bien-être des populations. Cette évaluation est une initiative à laquelle ont participé plusieurs organismes et plus de 1360 experts dans le monde.

L’EM estime dans ses conclusions que l’activité humaine réduit le capital naturel de la terre, exerçant des pressions si fortes sur l’environnement que nous ne pouvons plus présupposer de la capacité des écosystèmes de la planète à soutenir les générations futures.

Parallèlement, l’évaluation démontre qu’avec des actions appropriées, on peut renverser la dégradation des nombreuses fonctions écosystémiques au cours des cinquante prochaines années mais que les changements de politiques et de pratiques requis sont énormes et qu’ils ne sont pas en voie de réalisation.

 

 

Désertification

Source:   www.csf-desertification.org
Lien:  http://www.csf-desertification.org/membres-csfd?task=callelement&format=raw&item_id=272&element=564280ed-b4f3-4ece-bb59-8848bbb758f1&method=download&args%5B0%5D=0

. . .

Les régions menacées correspondent à 40 % des terres disponibles de notre planète. En 2000, 70 % des terres arides étaient soumises à ce processus de désertification, soit 3,6 milliards d’hectares. Cela concerne plus d’un milliard de personnes. Les pays menacés ont des économies qui reposent essentiellement sur leurs ressources naturelles renouvelables et leur Pib est très sensible aux épisodes de sécheresses prolongées et à la dégradation de ces ressources.

. . .

Le secrétariat de la convention a joué un rôle important pour sensibiliser les pays à la désertification mais cet enjeu n’est pas encore perçu comme il le devrait, tant par les gouvernements des pays touchés que par les responsables de lApd (Aide publique au développement).

Il est donc constaté que la désertification progresse, que les rendements décroissent dans beaucoup de pays et que la pauvreté augmente alors qu’avec quelques dizaines de milliards de dollars pendant quelques années il serait possible de redresser la situation. Pour situer ces enjeux, il est utile de rappeler que l’Apd mondiale totale est de l’ordre de 100 milliards de dollars et que les fonds transférés par les migrants vers leurs pays d’origine sont de l’ordre de 200 milliards de dollars. Mais ces fonds ont une autre utilisation que l’investissement et ils servent à parer aux besoins les plus urgents.
. . .

 

Raymond Leclerc Cliquez pour ouvrir le commentaire
Selon csf-desertification.org, il en coûte deux fois plus cher ne ne pas agir directement sur les causes de la désertification, car les sommes expédiés par les migrants ne servent qu'à parer aux besoins les plus urgents de leur famille restée dans les régions touchées.

Comme presque toujours, nous préférons ne pas investir dans la prévention, quitte à payer beaucoup plus cher par la suite pour corriger la situation lorsqu'elle n'est plus viable, car il n'est généralement pas payant électoralement d'investir dans le long terme.  Les gouvernements préfèrent faire voir aux électeurs des bilans économiques favorables plutôt que d'avoir à leur expliquer que, s'ils investissent dans l'amélioration à long terme pour améliorer la santé de la terre, nous en bénéficierons monétairement tout autant qu'en santé collective et en mieux-être.

The individual has always had to struggle to keep from being overwhelmed by tribe If you try it, you will be lonely often, and sometimes frightened. But no price is too high to pay for the privilege of owning yourself.
Nietzsche
L'individu a toujours dû lutter pour ne pas être submergé par la tribu. Si vous l'essayez, vous serez souvent seul, et aurez parfois peur. Mais le prix n'est pas trop élevé à payer pour avoir le privilège de vous posséder.
(traduction Google)
Nietzsche

Acidification des mers

Source:  Les nnées Lumières - acidification des mers

 

Lien:  

http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_annees_lumiere/2014-2015/chronique.asp?idChronique=352404#commenter

 

Science et technologie

Les océans brûlés

Le dimanche 19 octobre 2014

L'Amérique du Nord
L'Amérique du Nord     Photo : iStockphoto

Tempêtes, sécheresses, fonte des glaciers, on pense à tort que les changements climatiques ont des effets essentiellement atmosphériques, mais une catastrophe plus discrète est en cours, préviennent les experts : l'acidification des océans. Un reportage de Chantal Srivastava. 
 
Invités : 
Jean-Pierre Gattuso, océanographe au Laboratoire d'océanographie de Villefranche-sur-Mer, en France 
Alfonso Mucci, géochimiste et directeur du Département des sciences de la Terre et des planètes de l'Université McGill 


 

Retour à l'index

¶¶¶Désabonnement
¶¶¶Déclaration de
confidentialité
effondrement-economique
.com
 ¶¶¶  Livre Survivre dans un monde en décrépitude
¶¶¶ ¶¶¶
¶¶¶
¶¶¶ ¶¶¶
Mise à jour:
21 octobre 2014